ADHÉRER À CVP

L’association CVP – Contre la Violence Psychologique organise des journées débats, des groupes de parole, des ateliers, afin de permettre aux victimes de partager, de s’exprimer, de sortir de l’isolement.

Elle diffuse l’actualité marquante, et propose au travers du blog divers articles de fond, des témoignages, des contributions, et des réflexions.

Elle veut par le biais de publications diffuser le plus d’informations possibles quant à la violence psychologique.

Adhérer à l’association, c’est être informé(e) régulièrement de l’actualité juridique et psychologique.

CVP bulletin d’adhésion

à : Association CVP – Contre la Violence Psychologique
3 rue Saint Denis – 92100 Boulogne

15 comments

  1. oui mais cest tres long ! les anciennes programmation » refont parfois surface dans ce comportement que j ai appris de puis l enfance (un chemin vers la destruction)…mais oui on peut sortir la tete de l eau…

    1. Je lance une bouteille à la mer… remplie d’espoir,
      pour sortir de mon isolement.

      J’ai une joie et une envie de vivre que je n’ai jamais pu exprimer sans qu’un pervers narcissique s’y accroche et tente de les détruire ; autant d’hommes que de femmes.
      Je suis née là, ai grandi et évolué dans cette violence.
      J’ai survécu aux événements, à cette histoire «folle » que ceux qui ne l’ont pas traversée ne veulent pas entendre… et qui m’ont fait douter.
      Les rares témoins de la violence ont refusé de s’en mêler, apeurés, craignant des représailles.
      Ce n’est que ce week-end, que j’ai découvert l’existence de témoignages et de discours de thérapeutes, conscients que cela existe et présents.
      Cela m’a fait tellement de bien d’être entendue, si l’on peut dire, à travers la voix des autres.
      Aujourd’hui je veux VIVRE… être ce que je suis, en paix à l’intérieur.

      Les PN sont de bons instructeurs concernant ce que je dois changer dans mon comportement.
      C’est comme cela que je l’aborde maintenant ; en sachant que si je m’affirme, je n’aurai plus à leur échapper puisqu’ils ne viendront plus vers moi.
      J’ai fini par bien intégrer tous les points du comportement à changer ; je mesure mes progrès… et tout ce qu’il me faut encore comprendre et apprendre.

      J’ai une volonté très forte, beaucoup de courage ;
      J’ai développé la capacité de rebondir et j’apprends à retourner la situation (comme en » tai chi », dit-on), à faire face jusqu’au prochain… en tentant de garder ma joie de vivre au contact de la nature.
      Je suis arrivée à être autonome et indépendante.

      Ma grande difficulté reste d’être complètement isolée…. J’appréhende d’aller vers les autres.

      C’est de cela dont j’aimerais parler… avec quelqu’un qui peut comprendre et me guider pour faire « CE PAS » vers l’autre « sain ».
      M’apporter des repères de « normalité ».
      Et dans l’échange, s’enrichir et se grandir mutuellement.

      Je vis en Bretagne, à Rennes.
      Ce peut être via internet ou par téléphone.

      J’aimerais bien mais je n’ai pas trouvé de Psychothérapeute spécialisé PN.. ils sont absents dans ce coin de France. J’ai travaillé avec un Coach en Développement personnel de Bordeaux, par téléphone, mais sans jamais aborder la pratique du « PN ».

      En vous remerciant d’avance pour toutes les pistes que vous pourrez me donner ; me permettant de poursuivre mon évolution « comportementale », de grandir… et surtout de commencer à « partager » le meilleur de la vie.

      Quelqu’un connaît peut-être le film « into the wild » (tiré d’une histoire vraie) … dans lequel le héro entreprend à pied, seul, la traversée du désert américain, à la recherche de soi..
      il déclare, dans un mot laissé, avant de mourir intoxiqué.. :
      « tout cela pour me retrouver et découvrir, en fait, que l’important, c’est de partager ».

      De très chaleureux remerciements à tous ceux qui liront ce message.

  2. C’est avec un très grand intérêt, que je découvre ce blog; une écriture pertinente, une lecture salutaire, par des thèmes peu abordés dans cette marmite dans laquelle sont plongées les victimes. Mais une question demeure pourtant, au delà du portrait, finement dessiné de ces monstres, ce sont les transgressions que finissent par commettre les victimes. Aux mots qui portent l’insultent, on finit par répondre… aux coups reçus également. C’est ce dernier point qui me trouble le plus, en tant qu’homme ; j’ai transgressé une règle qui me semble bien ancrée dans un certain inconscient, portée par des mouvements féministes, etc : on ne frappe pas une femme, peu importe si le coup est le signe d’une insupportable douleur et n’est que défense. Mon ancienne compagne usait de violence une fois acculée dans ses contradictions et mensonges. Ainsi poussé, la culpabilité, la honte du geste, celle du jugement, et du qu’en dira t’on, me ronge… encore et bien que ce ne fut qu’un troc : un coup en réponse à de multiples coups. Je raconterai, peut-être, mon histoire ici… car ailleurs (ce que je nommais auparavant « autour de moi ») cela n’est pas possible. Aucune oreille n’existe, aucune compréhension ne nait. A mes questions, il m’est retourné d’autres questions… c’est une orbite infernale.

    1. Bonjour Solaris et merci pour e mot.
      Vous serez le bienvenu pour témoigner ici, ou encore à cette adresse : cvptemoignages@yahoo.fr.
      Les témoignages sont alors postés de façon anonyme sur le site (après modération).

      Oui, vous avez raison, on parle trop peu de ces femmes – qui pourtant existent… – et qui poussent à bout, en se réfugiant consciemment ou inconsciemment derrière l’idée qu’un homme ne frappe pas… comme si de ce fait tout était permis. Elles usent alors de ce pouvoir qui est le leur… celui du « sexe faible », image d’Epinal fausse et pourtant très ancrée… Elles le font sans respect de l’autre, sans capacité à communiquer, et pour certaines, ce qui est encore plus perfide, plus « pervers », avec l’intention délibérée de pousser l’autre à la frapper… afin de pouvoir porter plainte…
      Bon courage et à bientôt.

      N’hésitez pas si vous le souhaitez à nous joindre au 06 65 14 97 33

      1. Bonjour, je suis un mari et j’ ai déjà laissé 2 à 3 témoignages à ce sujet, sur la violence de ma femme qui pour un rien, un couvert mal rangé ou autre, veut me pousser à bout, pour retourner la situation en sa faveur, être une victime, et qui suite à ses violences sans succès, j’ arrive à ne pas répliquer et à garder mon calme – jusqu’ à présent- à me maîtriser, ce qui l’ exaspère plus encore, se tape ensuite la tête contre le mur, s’ étrangle, se griffe aussi……… crie, si les enfants (majeurs) sont dans les étages comme témoins … et me menace de la police…………. Comme je l’ ai dit dans mon dernier témoignage, je me sens sauvé en ayant pu nommer sa maladie,fin novembre, grâce à des vidéos sur FB, je le lui ai dit en face, lui ai transmis les liens, même, et je dis NON depuis à tout…… Je ne lui adresse plus la parole, elle ne parle plus non plus et semble petit à petit se détourner de moi, ouf!……… Pour l’ instant elle s’est trouvée depuis un centre d’ intérêt dans la politique qui lui occupe aussi les soirées……. Bien sûr des fois sans prévenir, tout recommence pour une futilité, mais dans l’ attente de meilleures conditions économiques pour un divorce, je n’ aspire qu’ au calme pour retrouver ma passion perdu dans mon travail. Je ne suis plus soumis à la question, non plus, quand je rentre…….. de gros progrès……. de toute façon elle connaissais déjà les réponses, je n’ ai rien caché……. même si elle désirait entendre d’ autres révélations (??)….. à la fin je lui racontais même ce qu’ elle voulait entendre et me trouvais des rendez vous avec maîtresses très jeunes et belles, elle a fini par comprendre……… Il est 23h00 elle n’ est pas rentrée encore, tant mieux.

  3. @AssociationCVP : L’idée que je me faisais des femmes, avant cette rencontre, était bien différente; Il faut bien admettre qu’elle repose sur des mythes et légendes. Les femmes seraient ainsi (douces, gentilles, aimantes, protectrices, etc) et surtout pas autrement (menteuses, trompeuses, manipulatrices, etc), soit à l’opposé des hommes qui croulent sous les clichés négatifs. Pour résumer : « Nous, les femmes, ne sommes pas comme cela ». J’ai souvent eu des conversations avec des amies, ayant peine à croire que la réalité soit différente. Oui, les femmes font preuve de violence physique, pas seulement psychologique… Nous sommes bien loin d’un modèle de mère et d’épouse hollywoodienne, comme Caroline Hingalls; la vie n’est pas une petite maison dans la prairie. J’ai pour ma part reçu plusieurs volées de coups de poings ; j’ai eu tord de ne pas porter la chose devant la justice… mais m’aurait elle cru ? Aurait elle su entrevoir, au delà des clichés, qui rendent son positionnement, en pareil cas, aberrant ? La justice ne sent elle pas qu’on lui met un doigt dans l’oeil en pareil cas, tout en fermant l’autre, sur cette réalité : Les femmes peuvent être violentes… très ! Que dire des séquelles psychologiques… les bleus à l’âme ne disparaissent pas aussi vite que sur une joue. Une injustice couve sous la juste volonté d’un équilibre des genres. Je pense à ce blog, rédigé par un Québecquois, dont l’indignation est grande par l’injustice qu’engendre la défense des unes, même si c’est au mépris des droits des uns… au seul prétexte aggravant qu’ils sont des hommes. Je n’en suis au point d’entretenir de rancoeurs envers les femmes ; la préservation impose d’avoir une profondeur de champs plus importante, de ne rien laisser dans le flou… mais difficile de faire de nouveau confiance et de réouvrir son coeur en y laissant entrer la douce naïveté d’être juste aimé pour ce que l’on est, pour les valeurs que l’on porte pour un partage (donner/recevoir) équitable.

    1. Je vous comprends parfaitement… même si ej suis uen femme🙂
      Nous essayons le plus possible au sein de CVP de parler de violences conjugales exercées contre les femmes ET contre les hommes. Et les enfants. Les enfants témoins. Et parmi ces enfants, il y a des garçons bien sûr, qui seront un jour homme à leur tour.

      Vous pouvez si vous le souhaitez me contacter au 06 65 14 97 33 ou par mail à associationcvp@gmail.com

  4. il y a des femmes comme il y a des hommes qui manipulent leur enfants ….. je l ai vecu en tant que femme….dieu merci c est derriere mais pendant ces trois annees ou mes enfants ont ete coupes de moi par la cruaute destructrice de leur pere et ou en plus de ma souffrance indefinissable les enfants ont etes detruis moralement et pas que….je comprends la souffrance de tous ceux qui passent par la. et cela laisse des traces le pire …..reconstruire apres avoir etes vampirises par le parent et mari en l occurence n est pas partie gagne quand a l avenir …..dur combat….et la justice pff n en parlons meme pas …. bref courage a tous ces enfants et aux parents qui souffrent …

  5. Lorsqu’on est isoler, couper de la famille, sans travail s’en sortir est impossible!!!! C’est ce que je vie depuis 6 ans, malgré ma prise de conscience le concernant. Parfois je pense au pire abc ma puce pour m’en sortir, mais son existence me ramène sur terre…. Si je ne suis plus là pour elle, elle sera avec lui sans protection.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s