NE JAMAIS SE JUSTIFIER

e83e250d6ba2bb9dbe40dd6380d1ffaa

Je sais que… D’ailleurs j’ai bien compris que…

Les accusations pleuvent. De maladie. De folie. De cruauté mentale, envers lui, ou elle. Envers les enfants. De propos contradictoires. De non respect de tel ou tel devoir, de telle ou telle obligation. De déficience. D’incapacité. De bêtise… et tant d’autres encore. Chaque accusation est portée comme un coup. À chaque accusation, la même question se pose, de plus en plus souvent, devenant un jour omniprésente, à empêcher tout raisonnement lucide : « Et si il / elle avait raison ? « 

De même le besoin de se défendre, de prouver son bon droit, de justifier de ses comportements et agissements est humain tout autant que vital pour celui / celle qui se retrouve au banc des accusés.

Cela ne sert à rien.
Face à une personnalité toxique, aucun argument ne sera entendu. Toute volonté de s’expliquer sera critiquée, dénigrée. Tout élément donné ne sera qu’un élément de plus, très vite retourné contre vous.
Vous vous acharnez, vous VOULEZ être entendu(e). Vous y laissez votre énergie. Tout d’abord votre énergie. Puis vos doutes vont augmenter, et vous finirez par douter de vous.

C’est une des stratégies de la personnalité toxique : vous faire « devenir chèvre ». Vous ne discernez plus le vrai du faux. Pendant ce temps, il (elle) engrange des informations, des détails, observe des réactions, des silences. Qu’il (elle) ressortira au moment le plus inattendu, mais le plus opportun pour lui (elle)… pour à nouveau, une fois de plus, vous déstabiliser, vous faire trembler, vous mettre à terre.

On ne discute pas avec une personnalité toxique. On se tait. On ignore les demandes de justification. On donne les réponses les plus courtes possibles. On renforce ses protections en dressant un mur de silence. On se mord la langue et on serre les poings pour ne pas exploser. Mais on ne le nourrit pas. Un prédateur, un vampire, un charognard se nourrit de ce qu’il trouve ou de ce qui reste. Il ne faut rien leur donner à trouver. Il ne faut rien leur laisser.

 

©ALB

8 comments

  1. j’ai vécu 14ans avec un pervers narcissique…votre observation est très juste…ça laisse de terribles séquelles, j’ai mis des années à me reconstruire, j’ai fais je ne sais combien de psychothérapie pour ne plus que cela se reproduise, il faut savoir que si on en attire un on les attire tous! Donc mieux vaut apprendre à se connaitre pour ne plus commetre les mêmes erreurs et ne plus tomber dans ce genre de piège. Je veux néanmoins donner une touche positive…on sait se reconstruire, c’est difficile,très compliqué mais on sait se reconstruire. Je voulais insister sur ce fait . Merci

    1. « Mieux vaut apprendre à se connaître »… En effet, c’est indispensable. Processus parfois long, parfois douloureux, mais tellement bénéfique, pour tourner définitivement une page, et éviter su’une autre aussi noire ne s’ouvre un jour ou l’autre

  2. « On renforce ses protections en dressant un mur de silence »
    Ce n’est pas la première fois que votre blog distille des observations qui tombent à pic.
    C’est étonnant !
    Et surtout je ne regrette pas mon abonnement à votre newsletter.
    J’ai commencé une thérapie basée sur EMDR et IMO mais ça ne va pas vite.
    Votre blog est sensé et votre expérience fait du bien !
    Merci donc
    Christian ARTERO

  3. J’adore, et le mot est faible, lire vos textes. Leur contenu est si pertinent, si véridique. À la lecture de celui-ci, je constate qu’il est dans ma nature d’expliquer mes choix, mes prises de positions, défendre mes opinions, et que malheureusement, cela s’avère une perte de temps avec un tel type de personnalité. Pour vivre actuellement ce genre de situation, je peux vous confirmer que « garder le silence » n’est pas une chose toujours facile… Il faut être réellement patient et surtout « impérméable » pour faire abstraction des méchancetés, des propos intimidants et menaçants, etc. C’est comme être le spectateur d’une très mauvaise prestation, sans même pouvoir quitter la salle…

    1. Merci beaucoup Chantal pour votre mot.
      Un des nombreux moyens pour arriver  » à se taire  » est la dissociation. Se projeter ailleurs, arriver à se couper de l’instant, comme si nous sortions de notre propre corps. Chanter à tue tête mais silencieusement, se concentrer de toutes ses forces sur une autre pensée…
      Entre les petits conseils et certaines techniques qui s’apprennent, je vous promets qu’on y arrive

    2. Exactement mon cas, donner une explication logique, simple, expliquer des choix. En même temps s’ils ont su ‘rentrer’ c’est aussi parceque la ‘porte est grande ouverte’. Mon dieu, il aura fallut traverser cette terrible épreuve pour ‘fermer la porte’ ! Courage à tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s