RÉAGIR FACE AU PERVERS NARCISSIQUE

9880ffab2b91633f3ab4f2595597-post

Face à une personne perverse narcissique, il est difficile de rester soi-même. Le pervers se comporte comme un prédateur. « Le désir d’être aimé » n’existe pas. En revanche « le besoin de dominer » est omniprésent. Pour obtenir cette domination, le pervers narcissique va tout entreprendre, pouvant aller jusqu’à détruire l’identité de sa victime en la manipulant et en la harcelant.

Le pervers ne voit pas les autres comme des « sujets », mais comme des « objets » qui ne sont là que pour valoriser son égo. Vous êtes « chosifié », instrumentalisé, selon ses désirs, ses besoins, et son bon vouloir.

Pour sortir de cette spirale infernale, la victime n’a que peu de ressources et de moyens. D’autant que le plus souvent, elle prend conscience de la personnalité perverse narcissique de son « bourreau » que lorsqu’elle est déjà tellement à terre que ses forces manquent pour se battre.

1) retrouver la confiance en soi :

Pour se confronter a un pervers narcissique, il faut absoluement avoir repris confiance en soi, et entrepris un travail personnel menant à une indépendance affective. Il est tout aussi important de retrouver une indépendance financière et de renouer des liens forts avec la famille, ou s’entourer d’un cercle d’amis de confiance. Si l’isolement est vraiment total, il est absolument urgent de contacter la police. Déposer une main courante n’engage pas. La deuxième main courante, pour les mêmes faits, se transforment en dépôt de plainte.
La honte, le plus souvent, retient les victimes. Il faut apprendre à la combattre, à la dominer. À l’empêcher d’être un frein. 

2) Cesser de vouloir « le » changer mais faites tout pour « vous » changer

Il faut cesser de vouloir a tout pris « changer » le pervers, tenter de lui montrer son dysfonctionnement et son comportement. Cela ne lui permet que de renforcer son emprise. Il est impossible de raisonner ou de soigner un pervers narcissique car il ne se reconnait pas lui-même comme « malade ». Il empoisonne l’existence de ses proches dans des rapports de destruction. Souvent, le pervers narcissique finit ses jours seuls et retourne sa destruction contre lui-même, en devenant hypochondriaque, en développant des maladies psycho-somatiques, ou en devenant le plus souvent paranoïaque.

Concentrez donc votre énergie sur vous-même, et ne lui donnez aucun moyen de savoir « où vous en êtes » dans votre méfiance et connaissance de ce « qui il est ».

Cessez de le prévenir de vos actions, agissez. Mettez tout en place pour le quitter et vous reconstruire une nouvelle vie, mais ne l’informez pas de vos actions, même sous la menace. On pourrait aller jusqu’à dire… Cessez d’être bien élevé, d’être l’enfant obéissant qui dit à ses parents où il se trouve, pourquoi, et quand il pense rentrer.
Le PN retient chaque détail, et s’en sert systématiquement contre vous, à court ou moyen terme. N’oubliez pas… le PN est patient.

Prenez soin de vous. Passez du temps seul(e) pour faire le point, vous poser les bonnes questions, faire vos choix, méditer, et vous ressourcer.
Protégez-vous. Prenez de la distance, voire soyez indifférent(e) psychologiquement si vous ne pouvez pas prendre de la distance physiquement dans un premier temps.
N’hésitez pas à demander de l’aide à vos proches, votre entourage, à un thérapeute, un coach. Tous les moyens pour prendre cette distance sont bons, tant qu’ils ne vous isolent pas plus.

Par exemple :

 a – Sortir de la triade « victime, bourreau, sauveur », ou « père, mère, enfant » qui consiste à cesser de vous justifier systématiquement et de répondre aux attaques par une attitude de victime, ne pas culpabiliser lorsque le pervers tente de vous faire passer pour le bourreau, et cesser de voler à son secours lorsqu’il vous mène dans un chantage affectif.

b – La protection neutre consiste a répondre à une question par une autre question, en revoyant systématiquement l’autre sur sa propre sensation ici et maintenant. Par exemple lors d’une attaque lui répondre en demandant : « qu’est-ce que ça te fais de me dire cela? », ou encore face a un reproche « en quoi ça te dérange exactement? ». Il s’agit de sortir du jeu et de ne plus y rentrer. Toutes vos façon d’agir et de faire avec le pervers doivent radicalement changer. Ne lui donnez aucune piste ni aucun espoir de retour. L’affirmation positive est un autre moyen de défense. À ses attaques, ses critiques, ses remarques, lui répondre « C’est ton opinion. », « Tu as ton point de vue, je l’entends mais ne le partage pas. »… déstabilise le PN et … le fait taire, pour un temps.

c – L’autodéfense se résume a quelques règles de base :

– Cessez de vous justifier : vous faites ce que vous devez faire pour votre propre survie, quoiqu’il vous en coûte. Et c’est VOUS qui avez raison, pas votre prédateur ! Et ne soyez plus dans la réaction, mais dans l’action !

– Devenez « opaque ». Dissimulez systématiquement vote vie, vos proches, vos affaires. Cessez de dire toujours ce que vous faites, où, avec qui, comment, pourquoi… Brouillez les pistes, ne laissez pas vos traces de passage… Pensez que vous êtres une proie en train d’être traquée ! Adoptez la technique du siou, qui consiste à effacer systématiquement les traces qu’on laisse derrière nous !

Évitez la bonne humeur, la spontanéité, l’impulsivité, faites des phrases courtes, utilisez le « on » et non plus le « je », parlez avec des phrases toutes faites, des proverbes etc…

– N’entrez jamais dans les conflits de front. Faites des pirouettes si il le faut sur le ton de l’humour, ou bien jouez l’indifférence.

– Entrainez-vous à garder votre sang-froid en travaillant votre concentration, respiration, en pratiquant la méditation, en vous inscrivant à des cours de Yoga ou d’arts martiaux…

– Créez vous des « bulles de temps pour vous ». Non pas pour « fuir ce calvaire », mais pour nourrir votre esprit avec de bonnes lectures enrichissantes, faire ce que vous aimez, prendre soins de votre corps. Chaque instant pris pour vous est un moyen de se ressourcer et de trouver une nouvelle énergie.

Bien sûr, tout cela semble facile à dire, ou à écrire. Rien ne change en un jour. Tout comme le travail de destruction du PN est lent, la reconstruction l’est aussi, demande de la patience, de l’énergie. Et avant tout de posséder une certitude :
vous n’êtes pas fou, vous n’êtes pas malade, vous n’êtes pas « rien ». Ses paroles sont le miroir de ce qu’il est, lui.

Vous pouvez vous faire accompagner. Ne pas se sentir seul(e) permet lors des moments de doute, d’épuisement… de conserver et d’accroître un équilibre.

LES AUTRES ARTICLES À LIRE OU RELIRE , C’EST ICI

Retrouver cet article sur Web Thérapies : http://web-therapie.fr/articles?id=7

15 comments

  1. Cet article est très bien écrit et très érudit, mais je déplore le fait qu’il est justement TROP érudit. Lorsqu’on parle d’empathie, serait-il possible d’en avoir pour les victimes de PN qui sont peu scolarisées et de fournir des documents conséquamment adaptés face à cette réalité!? J’ai une amie sous l’emprise d’un PN à qui je tente de fournir de la documentation vulgarisée, concise et simple pour provoquer le déclic dans son esprit, en vain…

  2. Merci pour votre commentaire dont je prends bonne note; Je vais m’efforcer de faire au plus vite un article de vulgarisation afin de pouvoir l’adresser au public le plus vaste possible. Je vous remercie de votre conseil qui est des plus judicieux.

  3. je subis actuellement une PN et en vous lisant , je me suis rassurée, car instinctivement j’ai adopté les techniques auxquelles vous faîtes référence. Merci
    Valérie

  4. Je viens de quitter mon PN. .. Mais nous avons 2 enfants et devant le JAF m accusé de mère maltraitante …et autres mensonges tellement gros….lorsque j’essaie de lui parler il nie toute la vérité et essaie de me faire dire que je suis maltraitante….il met les gendarmes dans sa poche et dit à la maîtresse de mon fils et autre que je suis une malade…il me dit tu n a pas de preuve et tu sais manipuler ton monde ainsi que la psy qui m a fait une attestation disant que j’étais capable de m’occuper de mes enfants….car il demande la garde exclusive de nos deux enfants….Quelqu un peut il me conseiller afin qu il soit démasquer ,,,?, merci

  5. Un excellent article. Celui ou celle qui a vécu des calvaires avec des pervers(es) reconnait dans cet article les moyens qui lui manquait pour faire face à ces narcissiques qui sont en réalité que des vampires humains .

  6. Très bon article sur la self défense face aux PN. Le PN n’est pas tout-puissant, c’est un point crucial à garder en tête. Il reste un être humain. On peut s’en sortir à condition de dire stop et de s’en aller.

  7. Ha, si seulement j ‘avais une baguette magique.. Je viens de passer dix ans auprés d’un PN sans le savoir…J’avais bien concience qu’ il avait un probleme, »qu il n’avait pas d’ame. » je pensais qu il allait changer, que l’amour serait plus fort..c’est moi qui est perdu…qui me suis perdu…devenue dépressive suicidaire…plus rien ne comptait mis a part ses yeux (je crois qu etre victime d’un PN c’est de croire que seul son jugement compte..(par idolatrie??))…La fuite reste la meilleure des solutions… mais il ne faut surtout pas croire que tout s’arrette…le chemin est très long et quand il continue de vous démolire.. il n’est ensuite plus la pour vous récuperer…vous ne lui servez plus a rien… et c’est une autre souffrance qui commence…
    Merci pour les articles parfaits sur les PN (j ai l impression qu on ne parle que d’eux) en existe t il sur « les victimes »(qui n’est pas le bon terme selon moi)? merci

  8. Bonjour. Jai ue a faire a personnage qui etait visieux et il tout jouer avec toute sorte d objet les couleurs. Ainsi que les fruits les jeu avec les lettres je souffrais tellement que je n’arrivais pas a me debratrde il a fait comme ci rien n etait je croyais j’allais. Mourrir tellement. Je souffrais et une personne d une encienne relation ma traite de morte de jalousie et jetait jalouse de mon passe jai chercher pourquoi elle m avais dit sa et elle a fally me tuer cette personne croye moi cette femme etait une pervers pour dire de tel chose a mon sujet tout sa parcequ il avais trompe jy pouvais rien il la laisse parle et moi je resenssais quil avais vraiment de la méchancete et de la jalousie voila je pourrais en ecrir un roman de cette mauvaise histoire et une expérience quil ne faut jamais vivre c est trop insupportable ils mon fait tout personne ne jamais compte sur des amis qui vous geule decu sa vous detruit encore plus

  9. J ai vécu Trente quatre ans sans le savoir avec un Pn, jusqu en février 2014 ou j ai fait une tentative de suicide, il avait quitté le domicile conjugal avec l argent de la ste et du ménage, Ensuite, il m a fait interner à l HP , a manipulé le psy, j en suis sortie après quatre semaines de traitement lourd contre mon gré C est a ma sortie que le véritable enfer a commencé, j ai levé ma plainte au commissariat et la seule avec lui dans la maison, j ai senti que j étais en danger , j ai réduit mes médicaments et repris le travail Mon travail m a sauvée, Quand il a senti que je reprenais des forces, il a commencé par dire a tout le monde que je faisais des crises car je ne prenais pas mes médicaments. Il a vidé les comptes en banque, a pris un prêt pour mon fils de vingt trois ans dans la maison, m a complètement isolee, ne déjeunait et ne dînait plus avec moi le soir, il prenait l aperçu puis se douchait….Il me disait t es CORIACE, il a refusé de partir en en vacances avec moi, jusqu a ce soir d août ou la violence est arrivée, j ai porte plainte, quitté la maison, tout quitté mon fils de vingt trois ans dans la maison avec lui Aujourd’hui hui je ne sais comment faire il m a coupé de mes enfants en me faisant savoir par le cousin que je n entendrai plus jamais le son de la voix de mes enfants Que fairevacances avec moi trop chaud trop loin trop demi pension

  10. Article très instructif qui me permet, dans l’enfer dans lequel je vis en ce moment, de reprendre un minimum de courage et de croire un peu plus en mes convictions, qui sont que je suis réellement en face d’un homme malade dont le seul dessein est de me détruire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s